AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J.A.C._____Reflections in a golden eye. {u.c.}

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: J.A.C._____Reflections in a golden eye. {u.c.}   Mar 4 Nov - 23:51

Jack Abel Cavanna.



{PRESENTATION PAR RP.



{ IIe Partie

* Prénom : Rachel.
* Âge : 16 ans.
* Avatar : Eddie Redmayne (c'est normal que vous ne le connaissez pas. T__T)
* Poste Vacant ou non : Non.
* Comment avez-vous découvert TWC ? Par l''être magique dénommé Silvia. : D
* Qu’en pensez-vous ? Trop vert. :')
* Présence sur le forum (?/7): Je passerais tous les jours mais je ne répondrais que le w-e ou le mercredi. .__.
* Code du Règlement:
Code:
Le Roi a Validé 8).
(no comment. xD)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J.A.C._____Reflections in a golden eye. {u.c.}   Mer 5 Nov - 0:36

{PROLOGUE.



Les portes de l'immense manoir lui étaient enfin ouvertes.
Un énorme jardin s'étendait devant lui au milieu duquel se frayait un petit chemin de gravats. Jack inspira. Jack expira. Et Jack courut.
« Eh! Tu reviens dans une demi-heure, hein! »
Malheureusement pour les deux silhouettes au pas du portail, l'esprit de Jack Abel Cavanna s'était déjà égaré dans les senteurs rances de sa maison d'enfance.

Les talons de ses chaussures résonnaient au rythme de course rapide et irrégulier que le garçon imposait à ses jambes maigrelettes: il courait, il courait, il sentait le sang battre dans ses tempes et son cœur se perdre dans une cadence brusque, et il courait. Il n'avait qu'une demi-heure, vous comprenez? Trente petites minutes pour récupérer les copeaux égarés de son passé, incrustés dans chaque jouet, chaque objet décoratif composant cette vaste demeure, trente minuscules minutes pour se plonger dans l'atmosphère douce mais troublante qu'est la redécouverte d'un ancien univers, trente précieuses minutes pour tenter de repeupler ce foyer de tendres spectres flous par la mécanique du cœur et de quelques souvenirs familiaux.
Et il ne lui en restait plus que vingt-neuf.
L'adolescent avait les yeux rivés au sol, il ne savait que trop bien que s'il détachait son regard des graviers sales, il freinerait ses pas pour admirer les arbres, les fleurs et les diverses plantes ornant le gazon environnant. Jack courait. Il manquait de déraper à chaque fois qu'il posait le pied à terre et cette stupide écharpe ne cessait de frapper sa joue droite, mais Jack courait toujours. Le vent sifflait dans ses oreilles. La dernière fois que l'éphèbe avait ressenti une telle excitation remontait à tellement longtemps...cette adrénaline qui pulsait dans ses veines lui donnait presque un sentiment inconnu.

Jack courait, Jack courait, et pourtant Jack ralentissait. Le souffle manquait à ses poumons fatigués et ses muscles endoloris s'étaient trop tendus. Mais ce fut lorsque sa pompe à sang tentait de reprendre sa régularité habituelle que le garçon eut le malheur de lever ses grands yeux tristes et délavés vers son ancien logis.

L'ombre d'un taudis instable se découpait sur le ciel nuageux de cette journée d'automne. Le visage du jeune homme prit une position ahurie: ses lèvres entrouvertes laissaient passer sa respiration encore haletante et ses pupilles irisées se perdaient dans la contemplation de son entourage.
Les arbustes dénudés secouaient mollement leurs branches au gré de la bise et l'herbe avait adopté un teint brunâtre et desséché, tout était aride. Sans perdre un instant de plus, le jeune homme ignora cette première déception et marcha rapidement vers le perron de la masure avant de monter les trois marches le séparant de l'entrée. Ses doigts fins agrippèrent la poignée glacée de la porte, et cette dernière s'ouvrit dans un épouvantable grincement.

Quelques pas incertains et Jack fut enfin chez lui. Un lourd silence dérangé par les chuintements du vent s'imposait dans le salon brûlé, et le bruit d'une fenêtre cassée qui s'ouvrait et claquait violemment selon l'acharnement de quelque bourrasque battait une mesure déséquilibrée.
Tout était cendres. Même le parquet n'était que débris et à chaque pas du garçon, les moutons de poussières roulaient tristement vers les recoins les plus sombres de la salle comme des souris effrayées. L'adolescent semblait flotter dans un brouillard opaque et les planches en bois craquaient sous ses pas lents.
Six ans s'étaient écoulés depuis que le manoir Cavanna s'était laissé enrober par les flammes de l'incendie, et pourtant, quelques points colorés attiraient l'attention dans l'ensemble sinistre de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J.A.C._____Reflections in a golden eye. {u.c.}   Ven 7 Nov - 0:42

{CHAPITRE 1. L'ENFANCE ET LULLABY



Lula Dillie Cavanna avait une jolie mélodie en guise de prénom.

Lula détenait la vie de Jack enfermée à double tour, à l'intérieur de son petit coeur de princesse, .
Elle avait les cheveux blonds comme le soleil, et ses grands yeux bleus semblaient les morceaux égarés d'un ciel d'été. De plus, la niaiserie de ces comparaisons était aussi innocente que le sourire de la petite fille en question.
Tout le monde aimait Lula. Cette douce fée, dont le seul rire suffisait à illuminer votre journée et les mots doux à faire scintiller des étoiles dans vos pupilles attendries. Rien que la façon dont ses longs cils obombraient délicatement le haut de son délicieux visage et la manière dont ses deux lèvres bien roses se plissaient au cas où la fillette boudait, faisaient craquer n'importe quel adulte normalement constitué
Assez étrangement, Jack n'avait jamais manifesté aucune jalousie envers sa soeur jumelle. Elle était sa moitié, il était la sienne. Elle lui appartenait, d'une certaine façon, elle et ses pensées. Et Lula n'aimait que Jack. Pourtant, les deux jumeaux formaient une oxymore: le petit garçon repoussait la plupart des personnes. Ses trop nombreuses tâches de rousseurs ombrageaient la finesse de son visage, et ses cheveux roux en bataille lui donnaient l'air d'un voyou vulgaire et méprisant. Son regard glacial dont les couleurs froides et floues variaient du doré au vert, ne faisait qu'accentuer son aspect hautain, et pourtant, le petit avait un coeur en or, mais Lula était la seule à apprécier ce côté de sa personnalité. Le bonhomme dégageait une mauvaise aura, sans doute à cause de ses origines sorcières, alors que sa soeur faisait plutôt penser à l'adorable et charismatique fée Clochette. Elle était la petite fille que tout parent rêverait d'avoir.
Mademoiselle Cavanna était destinée à une grande carrière, du moins, c'était ce que tout le monde s'imaginait.


“Loola tu es bel je t'aime”.
La blondinette déchiffra le bout de papier avec un sourire malicieux. Tous les élèves de CE2 avaient fait passer ce court billet dans une discrétion absolue.
“Montre, montre.”
Jack étouffa un rire avant de souffler dans l'oreille de sa jumelle :
“Tu peux sûrement trouver plus romantique.
-Mais Aaron est si gentil...
-Je suis sûr que tu peux trouver mieux que ça.”

La vérité était que le petit garçon voulait garder sa moitié rien que pour lui. Lula recevait des déclarations comme celle-là tous les jours, et son frère réussissait continuellement à l'influencer de manière à ce qu'elle laisse tomber chacun de ses prétendants. Parce que Jack savait qu'il allait finir seul, alors que sa soeur allait toujours être entourée de fervents admirateurs. Il voulait l'aimer autant que possible, avant qu'elle ne le laisse tomber, comme elle le faisait avec les quelques garçons qui échappaient au contrôle du jumeau. Lula était loin d'être quelqu'un de cruel, mais elle n'était qu'une petite fille qui aimait parfois jongler avec le coeur des autres, au risque de laisser l'organe s'écraser par terre.

“Pourquoi tu veux jamais que j'aille avec les autres garçons?
-Parce que je t'aime, Lullaby.
-Loulaby?
-Lullaby, ça veut dire berceuse en anglais, je trouvais que c'était mignon.
-D'accord.”

La petite regardait pensivement sa robe rose bonbon avant de relever son regard mielleux vers son frère.
“On va à la maison, maintenant?”
Jack hocha la tête et attrapa la délicate main de sa soeur.
Une fois la porte d'entrée ouverte, la fillette courut vers la cuisine en hurlant:
"C'est moi qui vais avoir le dernier Kinder Bueno!"
Ses pas effrénés se stoppèrent brusquement, un gros "boum!" se fit entendre mais pas deux secondes s'écoulèrent avant que la gamine se soit remise sur pied pour attraper la dernière barre chocolatée. Jack s'en fichait un peu. Il trainassait dans le couloir et sourit en entendant le petit chant de victoire qu'avait entamé sa soeurette:
"Qui c'est qui a pris le dernier des Kinder Bueno? C'est Luuuuula. Luuuuula. Ouhlalà! Et qui c'est qui va pas en passer à son frérot? C'est Luuuuuula. Luuuuula. Ouhlalà!
-Tu es exaspérante parfois...
-Hahah, t'es pas crédible avec ta tête d'abruti heureux"

La petite sorcière offrit un magnifique sourire colgate à son frère avant de mordre le goûter à pleines dents.
"Luuuuuula. Luuuuuula. Ouhlalà.
-Fais attention, tu t'en mets partout..."

Elle passa rapidement son poignet pâle sur sa bouche chocolatée.
"Parce qu'en avoir sur le bras, c'est mieux peut-être?"
Un rire cristallin s'échappa des lèvres tâchées de Lullaby.
"Tu n'en auras pas." déclara-t-elle avant de croquer le dernier morceau.


L'adolescent reposa le billet noirci sur la commode où il l'avait trouvé. Il le reprit et hésita un moment, il voulait le ramener à Lula mais ne savait pas si ce bout de papier allait déclencher un sourire ou la faire sombrer encore plus dans sa dépression, la différence ne se montrerait pas sur son triste visage amorphe mais le doute restait ancré dans sa tête. L'insignifiante déclaration d'amour se retrouva tout de même dans sa poche: il verrait bien, après tout.
L'éphèbe longea le salon, parcourut les restes du couloir et se retrouva devant la porte de la salle de bain.


Des murmures agités se faisaient entendre derrière la porte, et c'était l'énième fois que le bambin frappait dessus afin de vérifier que tout allait bien. Quelque chose se cassa, Lula hurla. Le silence tomba tout à coup.
“Je...Je peux entrer? demanda-t-il d'une voix timide.
-Mais oui, Jack.”
La première chose qu'il vit fut le grand, somptueux et solide miroir gisant en pièces éclatées, la fillette se trouvait à côté: elle était assise par terre, sa précieuse tête blonde contre ses genoux éraflés et ses bras minces entouraient ses jambes meurtries. Pourtant, aucun bruit ne se faisait entendre: aucun sanglot, aucun gémissement, le petit ange de Jack Cavanna semblait de marbre.
“Lula...?
-Tais-toi, Jack, je dois réfléchir.”

Sa voix régulière se brisa légèrement vers la fin de la phrase. Le garçon s'assit à genoux à ses côtés et resta silencieux. Il se sentait de trop, mais il restait. Jack était toujours là pour Lula. Toujours.
Après quelques minutes, la jumelle releva la tête et la pivota lentement de façon à se retrouver face-à-face avec son âme soeur. Ses joues rondelettes étaient un peu coupées et ses yeux rougis par la fatigue.
“Elle m'a dit que c'était pour bientôt.
-Qui? Qui t'a dit quoi?
-Jack? Tu m'aimes?
-Oui.
-Beaucoup?”

Le corps de la petite poupée tremblait, et quelques larmes lui montaient aux yeux. Sa vision était un peu floue avec cette eau qui lui brouillait la vue. Elle ne sentit donc plus qu'elle ne vit son frère jumeau lui prendre doucemenet la main. Les doigts de la main libre du jeune homme trottèrent sur le front bouillant de sa soeur.
"Lu', tu as de la fièvre..."
Sa petite fée baissa les yeux, ce n'était sans doute pas ce qu'elle voulait entendre.
“Bien sûr que je t'aime, plus que tout au monde!”
L'enfant serra ses doigts autour de la paume du garçon, hésita un peu, et reprit:
“Jack, je dois te dire quelque chose de très important, mais c'est très secret aussi, il ne faut surtout pas en parler aux parents.
-Promis, je ne le ferais pas.”

Lula ravala sa salive et caressa fébrilement son poignet tendu.
“Susannah m'a dit que la fin du monde était proche. Regarde, elle a écrit la date.”
L'enfant tira soigneusement la manche de sa chemisette de nuit pour montrer des chiffres inscrits au marqueur noir sur sa peau pâle et fragile.
28/07/67.

"Qui c'est, Susannah?"

Et c'est ainsi que le cauchemar diurne de Lullaby débuta. Mais Lula faisait partie de Jack, et Jack faisait partie de Lula. La princesse de coeur allait être isolée pour la première fois de sa vie, et son malheureux petit prince ne pouvait rien faire pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J.A.C._____Reflections in a golden eye. {u.c.}   Lun 17 Nov - 2:24

{CHAPITRE 2. ALICE+JACK+RAPHAËL=♥




Raphaël était-il le diable ou un enchanteur? Aujourd'hui encore, Jack ne trouve pas de réponses. Il avait l'air tellement parfait avec sa peau douce et mate, ses grands yeux émeraude et ces boucles un peu folles qui lui offraient un aspect adorable et égaré. Il n'arrivait toujours pas à le croire. Il savait que Raphaël s'amusait à draguer toutes les minettes avant de leur briser le coeur par un simple mot gribouillé en cours d'Histoire de la Magie, d'ailleurs, certains élèves se demandaient même si ce jeune homme savait ce que signifiait le mot “sentiment”. Mais il semblerait Jack ait été assez idiot pour se laisser prendre au piège. En fin de compte, il n'avait été qu'un pion manipulé par un sourire trop charmeur.

Peu importe. Après la tragédie portant le nom de Lula, ce fût au tour de Raphaël de s'incruster dans le coeur triste de Jack pour le faire exploser de l'intérieur. Il eût le temps d'installer la bombe à retardement et de s'esquiver en douce au bon moment.
Tout avait commencé par la séparation d'avec Alice, une jolie fille populaire. En effet, l'adolescent était loin d'être laid. Le petit rouquin à l'aspect vicieux s'était évanoui derrière des traits plus fins et sévères. Depuis l'incendie et l'hospitalisation de Lula, l'éphèbe n'était plus le même, mais...je vous raconterais ça plus tard.
Jack n'avait jamais aimé Alice. Pour couper court, on pourra même dire que Jack n'était jamais tombé amoureux. Il accepta de sortir avec la demoiselle pour qu'on lui décolle enfin l'étiquette d'éternel célibataire; ils formaient le couple le plus observé, admiré et critiqué de Beaux-Bâtons depuis quelques semaines: selon les critères de l'adolescent moyen, A. était la fille trop maquillée que tout le monde aimait et J. était le bel intello taciturne. L'union de deux espèces différentes. Le Beau et La Bête selon les élèves ricanants dans les couloirs. Les rumeurs ne cessaient d'aller bon-train, et dès qu'ils passaient devant un groupe, le silence tombait lorsqu'ils étaient devant les autres et les éclats de rire fusaient quand ils s'en allaient Jack craqua rapidement. Au bout de deux mois, c'en était fini. La pauvre Alice pleura, pleura, pleura, mais son aimé fit comme si de rien n'était et l'ignorait sans difficulté. La jeune fille, malgré son amour à sens unique, n'était jamais loin du garçon, comme si elle voulait surveiller son entourage, et se forçait à parler avec lui même s'ils n'avaient rien à se dire. Elle disait qu'elle ne voulait pas briser leur amitié. A vrai dire, il n'y eût jamais aucune amitié, mais Jack ne disait rien, il détournait son regard perplexe de l'autre visage bouffi de tendresse.

Et c'est maintenant à Raphaël d'entrer en scène, avec son corps d'athlète, ses belles boucles et son coeur de pierre. Comme toute l'école de sorcellerie, il avait bien suivi l'histoire de cette amourette creuse; et le garçon se débrouillait toujours pour se glisser dans toutes les histoires ou anecdotes de l'établissement. Personne ne se surprit donc quand il se mit à parler à Jack, l'intello qui avait eu la prétention de laisser tomber Alice. Ils commencèrent rapidement à bien s'entendre, à discuter quotidiennement, à se voir en dehors des cours. Un vague intérêt parcourait les foules d'élèves mais rien de plus. Le scoop de l'année devait encore arriver.

Ils étaient dans le vaste parc entourant leur établissement et c'était un jour de printemps. Une atmosphère joyeuse emplissait ce lieu: de nombreux élèves s'étaient réunis pour fêter l'arrivée de la saison en organisant un énorme pic-nic; les rires fusaient de partout et les sourires florissaient comme les fleurs timides sur les branches encore un peu nues des arbres.
Les deux sujets de cette histoire s'étaient un peu écartés des autres. Jack avait toujours l'habitude d'être seul, mais maintenant, Raphaël était avec lui. Les deux adolescents ne se parlaient jamais face-à-face, mais toujours côte-à-côte, leurs bouches allant chercher l'oreille de l'autre pour chuchoter quelques réfléxions. Jamais on n'entendait ce qu'ils se racontaient. Personne n'entendit donc quand Raphaël proposa à Jack de sortir avec lui.

Boum clic bam.clang, c'était comme si on avait retourné l'engrenage de du pauvre coeur de Jack. Son souffle devint court, rapide mais lent en même temps. Il n'avait jamais considéré cette éventualité. La confusion lui embrouilla l'esprit.Il le regarda brièvement dans les yeux, fixa le profil de son visage inquiet quelqu'instant, il devait répondre rapidement. Jack finit par hocher timidement sa tête.
Pourquoi pas?

“T'as vu Raph et Jack?
-Ouais, c'est trop bizarre, j'aurais jamais cru que Raphaël était une tapette...
-Bah Jack non plus.
-Tu plaisantes? T'as vu sa gueule?
-Ah, arrête, c'est méchaaaaant!”
pouffa une fille à couettes, au détour d'un couloir.
“Tu crois que Beaux-Bâtons va les convoquer ou un truc comme ça?
-CHUT! Ils sont là!”

Jack avait le regard rivé vers le sol, sa paume se serrait contre celle de son amant et les jointures de leurs doigts entremêlés blanchissaient sous la pression. Il baissait la tête, ses cheveux châtains tombaient en cascade devant ses yeux irisés: il ne voulait plus rien voir, il ne voulait plus rien entendre. Comme des bourdonnements d'abeille, les ragots incessants génaient abominablement l'héritier Cavanna. Il n'en pouvait plus. Sa situation était encore plus insupportable qu'avec Alice. Mais le problème, c'est que cette fois, il allait devoir s'assumer. Il ne pouvait pas laisser tomber Raphaël...
Il sentit le bras de son petit ami s'enrouler tendrement autour de sa taille et le coeur affolé du garçon se détendit immédiatement.
“Tout va bien, mon amour.”
Et les lèvres douces de Raphaël s'attardèrent affectueusement sur la tempe de son bien-aimé. Voilà la raison pour laquelle il ne pouvait pas le lâcher. Jack avait développé une fâcheuse addiction envers ce garçon. Ils étaient toujours ensemble. Et les rares moments où ils étaient séparés, il se sentait mourir, il se sentait pourrir de l'intérieur, il se sentait crever en douceur. Il griffonait souvent son prénom sur son poignet un peu noirci, à force, et bien qu'il se savait horriblement pathétique, il ne pouvait s'empêcher de marquer ses initiales sur chacun de ses brouillons. Il voyait la vie en rose, lorsqu'il n'était qu'avec lui. Comme perché sur un nuage du septième ciel, il observait tout avec un certain décalage, une douceur dans les pupilles, un regard mielleux, tandis que sa tête était nichée au creux du cou de son soupirant.
L'expression “tomber amoureux” est juste. Jack avait l'impression de chuter dans un flot d'incroyables bonheurs et niaiseries, il espérait juste que ce voyage euphorique n'était pas près de se terminer, qu'il manquait encore du temps avant qu'il ne s'écrase dans un fond noir et qu'il finisse percé par d'éventuelles stalagmites.

Faisons une pause sur cet adorable scène, où notre héros se retrouve bercé par ses propres émotions. J'espère que vous n'avez pas oublié ce que j'ai dit tout à l'heure? Le fait que Raphaël ne connaisse pas de sentiments ne vous a pas quitté la cervelle? Parce que non, ce dernier n'a pas eu de subite révélation romantique comme notre cher ami. S'il s'était mis avec Jack, ce n'était que pour arriver à courtiser la belle Alice. Vous ne l'avez pas oubliée, elle non plus? Elle a d'abord jeté un regard intrigué à cette histoire. Si Cavanna n'était pas resté avec elle, c'était parce qu'il était homosexuel, non? Elle ne se sentait plus offensée, à présent. A vrai dire, ce couple l'amusait. Elle savait que Jack ne supportait pas les critiques et elle ne pouvait s'empêcher d'éclater de rire quand elle le voyait passer, tête baissée, en tentant vainement d'ignorer le flot de chuchotements indiscrets lui étant addressés.
Raphaël, lui, savait que l'attention de la jeune fille était toujours sur son ex. Tout ce qu'il voulait, pour le moment, c'était attirer un peu le regard de la demoiselle. Son plan se mettait lentement en place tandis que Jack était égaré dans ses rêveries.

“Alice et Raphaël ont encore foutu le bordel...
-Encore?
-Ouais, j'ai entendu dire qu'ils se sont éclatés à déchirer tous les cours et les livres de Jack...
-Non?! Mais c'était pas leur ex, aux deux?
-Si mais j'sais pas...c'est vraiment ignoble de leur part.”

Susan observa gravement Anne avant de lui demander:
“Tu crois qu'on devrait l'aider? Il a vraiment l'air déprimé...
-T'es malade?
-Dés que je le vois, j'ai l'impression qu'il va craquer...t'as vu ses yeux? Injectés de sang à force de pleurer. Le pauvre quand même...”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J.A.C._____Reflections in a golden eye. {u.c.}   Mar 18 Nov - 1:41

{ENTRACTE. DU CÔTE DE LA FOLLE.



Laissons quelques dizaines de minutes à Jack. Laissons-le tranquille, sans fouiller son esprit. Laissons-le visiter son passé.
Cette fiche se doit d'expliciter la vie de Mr Jack Cavanna, mais excusez-moi si je ne la puis vous présenter dans les moindres détails. Nous n'avons pas le temps de nous attarder sur chaque sourire, chaque espoir futile et complexe du jeune sorcier, je vais cependant vous narrer brièvement ce qui arriva à Lula, ce petit ange aux yeux teintés de folie, pendant que notre héros admire les restes cachés d'un quelconque bijou de famille.
Non, la jumelle n'était pas un messie et bien qu'on la prit pour l'Elue dont parlait la prophétie, hélas, son cas n'était pas aussi miraculeux. La petite était atteinte de schizophrénie paranoïaque.

Eclaircissons l'affaire: malgré ce que les gens pensent en général, la schizophrénie n'est pas toujours l'apparition d'une certaine deuxième personnalité pouvant prendre le dessus et dont les actions sont méconnues de l'esprit. Non. Notre adorable Lullaby se souvient de chacun de ses actes, malgré le fait que certains aient été commis contre sa volonté. Susannah n'était qu'une image créée par son esprit: une jolie licorne blanche à crinière arc-en-ciel qui, petit à petit, se transforma en Sombral dans l'imagination de la jeune fille, bien qu'elle n'ait jamais vu personne mourir. Un mystère scientifique, comme diraient certains.
Son état empira de plus en plus. Et puis, ce fut l'incendie. Le même jour et le même mois que la pseudo-fin du monde. Lula y croyait dur comme du fer. Normal, c'était sa Susannah qui le lui avait prédit.
Les Cavanna étaient en vacances lorsque leur manoir prit feu et ils ne furent prévenus de l'accident que le lendemain, par les pompiers de la ville voisine. Cette nuit-là, les jumeaux dormirent mal: la belle pleura toute la nuit à cause de l'apparence effrayante de Susie pendant que Jack tentait de la calmer. Et les jours après cette nouvelle, Lula ne se contrôlait plus malgré ses pilules. Elle hurlait, courait, cassait des objets avant de s'arrêter brusquement, se chuchoter des mots qui deviendraient bientôt des sanglots et finissait par fondre en larmes. Ses géniteurs furent effrayés de ces actes incontrôlables alors que sa moitié était toujours près de sa bien-aimée pour la serrer dans ses bras et lui dire que tout allait bien.
Lula fut envoyée à Ste Mangouste pour se faire opérer par leucotomie. Cette méthode chirurgicale consiste à sectionner certaines fibres nerveuses du cerveau. Trop de fibres, pour le cas Lullaby. L'opération, en diminuant ses crises de folie, la paralysa totalement. Mlle Cavanna en était réduite à l'état de légume vivant. Elle ne pouvait bouger que ses yeux, et au prix de grands efforts.
Au fur et à mesure que la maladie avait envahi l'âme de l'entant, ses géniteurs s'étaient de plus en plus détachés de leur fille. Ils laissaient Jack seul face aux hystéries de la malade car ils savaient qu'il ferait tout pour elle. D'ailleurs, ce dernier n'était pas d'accord au sujet de l'ablation que devait subir la petite, mais ils n'y ont pas prêté grande attention.

C'est depuis l'intervention que le sorcier s'éloigna de ses parents. Dés l'âge de 10 ans, il s'arrangea pour vivre chez ses oncle et tante plutôt que de rester sous le même toit que sa famille. Ses parents lointains s'étaient pris d'une pitié soudaine pour lui et lui offraient une vie rêvée dans leur maison. Ils racontaient volontiers son histoire à chacun de leurs invités en ponctuant le récit de "pauvre petit garçon". Jack avait fini par se sentir gêné et pensait rentrer chez lui, mais il se ravisa quand il sût que sa soeur vivait désormais à l'hôpital. Il avait adopté un caractère extrêmement indépendant; de plus, il n'arrivait plus à manger comme avant. Il n'avait plus son adorable fée à ses côtés, il ne cessait donc jamais de s'inquiéter pour elle et allait la voir dés que possible. C'est ainsi qu'au fur et à mesure, son visage bouffi devint maigre et que ses joues roses et rondelettes prirent une teinte affreusement pâle, sauvée par la vivacité de quelques tâches de rousseur, et se creusèrent un peu. Jack avait le regard d'un adulte, malgré son corps d'enfant.
Enfin, la 6e arriva, et avec elle, la lettre de Salem pour l'inviter à rejoindre l'école de sorcellerie. Jack dut se séparer de sa Lula. Et, étrangement, l'adolescent se trouva bien mieux là-bas qu'à l'hôpital ou que dans une quelconque maison. Il ne se doutait pas encore du fait que son coeur allait être martelé à la fin de sa cinquième année.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J.A.C._____Reflections in a golden eye. {u.c.}   

Revenir en haut Aller en bas
 
J.A.C._____Reflections in a golden eye. {u.c.}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Golden Demon: Games Day
» Projet Golden Demon Allemand
» Cinquième édition du Golden Month of Hobby
» BlackBeard - The Golden Age of Piracy
» Golden Baby ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trees Will Cry. :: Hors-Jeu :: Présentations Refusées-
Sauter vers: