AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dark night for a cold man. (Eve')

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Dark night for a cold man. (Eve')   Jeu 4 Sep - 5:11

    Poumon compressé. Impression de suffoquer. Lorsque le cœur a arrêté son battement, pour y revenir ultérieurement, lors d’un moment où il sera nécessité dans toute son intégrité et non son inanité . Raclement rauque, lorsque l’air semble s’être perdu dans les dédales du corps humain, sans trouver les alvéoles sensés alimenter celui-ci. Et la fameuse couleur rouge, quand le liquide reste coincé et que l’oxygène, loin d’une futilité, démontre sa puissance et sa nécessité. Le gars qui tousse, tentant d’expulser l’indésirable substance et ainsi, retrouver l’usage de son système respiratoire. L’idiot qui tape sur le mec, en pensant aider. Avant de se prendre une belle gifle, par celui-là même qui agonise, dans l’incapacibilité de nourrir son sang de ce qu’il désire si ardemment. Déblocage.

    « Bordel, mais t’es malade! Qu’est-ce qui t’a pris d’me frapper? »
    « T’étouffais… »
    « Nah mais t’es con ou quoi? On t’a jamais appris que, tant que l’autre tousse, c’est bon? »
    « J’ai l’air d’un médicomage? »
    « Surtout d’un abrutis, si tu veux mon avis. »
    « T’as qu’à arrêter de boire, aussi… »
    « Prononce encore cette phrase et j’te jure que ta gueule d’ange risque d’être massacrée… »

    Le bon pote haussa les épaules, avant de retourner vers d’autres compagnons, plus agréables. Le serpentard quant à lui, reprit sa place sur le divan. Il avait déjà été sympathique, sociable, aimable. Et jusqu’à très récemment, sa présence était appréciée. Mais il avait recommencé à consommer. À Poudlard. Et disons qu’au château, les alcooliques n’étaient pas très appréciés…Ignorez-moi, si vous le voulez. Car un jour viendra, où je prendrai mon envol. Non pas dans le ciel, ni le firmament. C’est dans l’enfer de vos âmes, que vous me retrouverez. Bien. C’est ce qu’on disait de lui, à l’origine. À Durmstrang, il était réputé pour sa loyauté et son sens critique. Un homme change-t-il réellement, en l’espace d’un an? Non. Mais il se transforme. En meilleur. Ou en pire. Et dans son cas, la seconde option est sans doute la plus véridique.

    Il n’était pas toujours ainsi. Parfois, Aurélien McNeal devenait joyeux et sympa. Les plus jeunes demandaient son aide, tandis que les vieux tentaient de le raisonner, sur certains aspects. Enthousiasme de l’esprit, mensonge perpétuité par une vérité révélé par la bouche tartufe. Il nourrissait le rêve de rejoindre l’ordre de Viviane, et mettre fin à ses escapades nocturnes. Or, la volonté est asthénique, en comparaison avec la chair. Homme faible, à la volition si grande, ne le guidant pourtant qu’à une décadence. Se reprendre en main, accepter la réalité pour omette la débâcle, facilité d’un corps qui préfère les mirages à la noirceur d’une scène du passé. Toucher la peau d’une femme sans nom, pour oublier la douceur de celle qui avait détruit sa moralité. Caresser la bouche suave d’une princesse oubliée, dans l’espoir d’omettre le contact mielleux des lèvres d’une fleur délicatement butinée.
    Arrêter. Pour ne pas se perdre lui-même.

    Le vert et argent soupira, avant de regarder avec regret sa bouteille, sur le sol. Ne pas y toucher, la laisser à son emplacement. Une soirée sans boire, c’était déjà ça de gagné, nah? Au loin, près du feu, quelques garçons l’observaient avec curiosités. Histoire de voir si, encore une fois, il allait céder. Bah nah, raté. Il allait tenir sa résolution. À quoi bon s’abîmer davantage? Rester sobre. Il en était capable, pas vrai? 15 ans, sans toucher à une bouteille. Briser ce record avait été une erreur, il le savait. Car ce délice interdit était la seule chose qui pourrissait sa vie, outre un drame déjà enterré.


    « Tu vas où, McNeal? »
    « Coucher avec ta sœur… »

    Des éclats de rires, tandis que le mec, atterré, prenait conscience du sourire espiègle qui s’étalait sur le visage d’Aurélien, tandis que, fidèle à son habitude, il franchissait la porte de la salle commune, sans chemise. Oui, outre pour les cours, voir celui-ci avec un chandail était une chose extrêmement rare. Non pas qu’il se plaisait à dévoiler son torse musclé aux filles…Disons plutôt qu’à cause de l’alcool, le garçon avait souvent chaud. Et même si ce soir, il n’était pas ivre, la manie de ne pas s’habiller convenablement continuait à exister. Quelques pas dans les cachots, pour vérifier que les professeurs ne sont pas dans les parages. Et la démarche qui se fait plus assurée, à mesure que le silence emplit la nuit de son doux chant. Je suis une ombre sur les murs, un mirage dans le désert. On ne me capture pas, car je ne suis ni la proie, ni le chasseur. Seulement un être invisible qui demande à vivre.

    L’air qui se fait plus frais et pur, le paysage qui s’étale, pittoresque. Le serpentard s’appuya sur le rambarde, admira avec ses yeux de chairs, et donc limités, ce que la nature voulait bien lui révéler. Derrière lui, les chouettes piaillaient, tandis que d’autres revenaient d’une chasse difficile, un rongeur dans le bec. La loi du plus fort. Oui, ici, même dans cette volière, il y a une hiérarchie. Et Aurélien en était au sommet.
Revenir en haut Aller en bas
 
Dark night for a cold man. (Eve')
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aaron & Thea - Dark night
» Lois = For every dark night, there's a brighter day.. | UC
» even when the night is cold i got that fire in my soul (holly)
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Dark Heresy ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trees Will Cry. :: Hors-Jeu :: Autres-
Sauter vers: