AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Manuel V.Leston ~ La sensualité est un art... [Fini] [SERPENTARD]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Manuel V.Leston ~ La sensualité est un art... [Fini] [SERPENTARD]   Sam 6 Sep - 19:00

¤~¤ Manuel Vanderrbush Leston ¤~¤


¤ 17 ans ¤ Anglais ¤ _____________ ¤



    {Iere Partie
    ¤ Prénom : Gabrielle
    ¤ Age : 16 ans
    ¤ Avatar : Jamie Dornan
    ¤ Poste Vacant ou non : Non
    ¤ Comment avez-vous découvert TWC ? : Secret international si je vous le dis, je dois vous tuer.
    ¤ Qu’en pensez-vous ? : Design… d’un œil de designer… encore du chemin à faire. Pour le reste ça me va.
    ¤ Présence sur le forum (3/7) : Parce que… j’aime trop ça pi… ma maman dit que c’est malsain.
    ¤ Code du Règlement:
    Spoiler:
     

¤ Autres: Soyez clément c'est ma première fiche en jeu de rôle ainsi


Dernière édition par Manuel V.Leston le Ven 26 Sep - 3:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Manuel V.Leston ~ La sensualité est un art... [Fini] [SERPENTARD]   Dim 7 Sep - 2:37

₪‡₪ Chapitre 1 ₪‡₪
La nuit des couteaux


En l’an 2014, comme beaucoup de sorcier, la famille Vanderrbush était pourchassée. Pourquoi ? Parce qu’on la disait dangereuse. Dangereuse d’avoir des capacités surhumaines que même les plus grands physiciens ne réussissaient à déchiffrer. On les appelait sorciers. Après la troisième guerre mondiale, la famille Vanderrbush se cacha avec plusieurs autres familles dans les catacombes de Naples en Italie. D’ailleurs ce fut ici que la petite parcelle de famille restante procréa huit ans après son arrivé. La femme Vanderrbush mit au monde une petite fille qu’elle nomma Katryn. Katryn grandit donc avec ses parents dans un monde où la peur régnait sans cesse. Même avec leurs pouvoirs, les sorciers craignaient les moldus. Bien que son éducation était stricte, Katryn était tout de même la plus têtu de toute la cité cachée.

Quatorze années plus tard, alors que la lumière de la lune caressait les feuilles de vignes. Katryn avait encore une fois désobéis. Il était strictement interdit pour tous les sorciers de quitter les catacombes de Naples pour causes que les moldus auraient pu découvrir la petite communauté de sorciers survivants mais Katryn s’en fichait. Elle ne comprenait même pas pourquoi ils devaient se cacher. Elle était donc installée sur le haut d’une colline observant les étoiles près de l’entrée secrète de leur logis.

« Ce n’est pas bien prudent pour une demoiselle comme toi de te pointer ainsi en pleine nuit seule alors que toute ta petite famille se cache. »

Katryn paniquée par les connaissances trop grandes du jeune homme qui se tenait devant elle sorti sa baguette. On lui avait confisqué mais elle avait tôt fait de la récupérer. Le jeune homme qui se tenait devant elle avait un air hautain. Il avait de magnifiques yeux bleus, des cheveux court en bataille brun et un charmant sourire.
« Je ne te conseil pas de me chercher crétin. »
« Crétin ? Mais c’est qu’elle est maligne! J’aime les femmes de caractère ! Ainsi tu me prends pour un de ces idiots de moldus ? »
« Mo…moldus ? Tu n’es dont pas l’un des leurs… »
« Crois-tu que j’aurais pris le temps sinon d’admirer la splendeurs de tes yeux ? »

Katryn baissa sa garde. Elle n’était pas certaine mais il avait raison, un moldu aurait alerté la ville sans se poser de question. Une question lui trottait cependant dans la tête. S’il était vraiment sorcier. Comment ce faisait-il qu’il ne se cachait pas ? Y avait-il une autre communauté de sorcier cachée dans le secteur ?
« Alors ma mignonne, c’est quoi ton prénom ? »
« Katryn… tu ne te caches dont pas ? »
« Me caché ? Mais ne sais-tu dont pas que les moldus sont naïf ? Un petit sourire et ils tombent sous votre charme en oubliant de se demander si vous êtes vraiment des leurs. »
« Vraiment ? »
« Mais bien sûr ! Sort demain, je te montrerai »
« Je… je ne peux pas… mes parents me surveillent toute la journée. »
« Alors je viendrai te chercher. »

Le jeune homme au sourire d’ange parti de son côté. Katryn n’en pu détacher ses yeux. Pétrifié par sa beauté dont elle avait été adepte dès le premier regard, elle en oublia de lui demander son nom. Ce aurait été idéal s’il avait vraiment l’intention de venir la chercher… qu’est-ce qu’elle leur dirait ? « Hey ! Alors c’est un garçon que j’ai rencontré à la surface et il veut m’amener en ville en haut ! » Brillant. Katryn entra donc chez elle lorsque la nuit se coucha. Ses parents comme à l’habitude ne s’aperçurent même pas de son absence. Le lendemain matin, on cogna au semblant de porte des Vanderrbush. Katryn alla ouvrir. C’était son jeune homme. Mais comment avait-il su où elle demeurait ? Sans importance… il avait tenu sa parole et était réellement venu.
« Qui est-ce Katryn ? »
« C’est un ami maman »

La mère de Katryn arriva dans le hall et constata la tête du jeune homme. Il lui était complètement inconnu. Etant peu nombreux, les gens des lieux se connaissaient tous entre eux.
« Ta tête m’est inconnue… qui es-tu ? »
« Je suis Charles Leston madame. Mes parents ont emménagé dernièrement dans les parages. »
« Ah oui ! Je me rappelle avoir parlé à ta mère. Elle est nouvellement entré dans le club de cuisine. »
« Sa lui ressemble effectivement ! Me permettez-vous d’emprunter votre fille ? »
« Très bien Charles. Cependant je ne suis pas responsable si tu en perds le contrôle. »
« Ah ah ! Ne vous inquiétez pas pour moi ! »
« Hé ho… je suis encore là ! »

Katryn était offensée de la façon dont on parlait d’elle malgré sa présence. Charles ne lui répondit pas. Il l’a prit par la main et l’amena dans les labyrinthes des catacombes. À croire qu’il était là depuis plus longtemps qu’elle. Katryn passa donc la journée en compagnie de Charles. La nuit tomba petit à petit… Alors qu’il allait la reconduire chez elle, on entendit des cris perçants. Dans un coin de la ruelle, Katryn et Charles perçurent les sorciers courir d’un côté à l’autre cachant les enfants et tentant de défendre leur logis. Les moldus avaient envahi les lieux. Katryn voulu courir jusqu’à chez elle mais Charles la retenu.
« Il est innutile de leur donner une sorcière de plus à sacrifier Katryn… reste. »

Charles plaça sa main devant la bouche de Katryn dont les larmes ne cessaient de ruisseler. Elle se libéra difficilement et couru dans la direction opposée plus profondément dans les catacombes. Quand il était question de fuite, Katryn était la meilleure. Katryn et Charles s’enfuirent donc ensemble.
« Tes cons où quoi ! Les moldus vont tuer nos parents ! »
« On ne peu rien faire Katryn arrête. »
« Mais tu t’en fou ? »
« Franchement ? Oui. Je ne veux pas mourir. Et d’ailleurs je ne veux pas que tu meurs non plus. »
« Qu’est-ce que ça peu bien te foutre que je meurs ? »
« C’est juste que… je ne peux pas te laisser mourir ce ne serait pas correct. »
«Tu es vraiment timbré ! Va te faire soigner ! »

La pluie tomba sur les terres ensanglantées d’Italie. Un massacre avait encore été effectué et des sorciers étaient encore morts.


Dernière édition par Manuel V.Leston le Jeu 25 Sep - 2:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Manuel V.Leston ~ La sensualité est un art... [Fini] [SERPENTARD]   Dim 7 Sep - 8:00

₪‡₪ Chapitre 2 ₪‡₪
Cache-cache


Dix-neuf ans étaient déjà passés. Katryn Vanderrbush et Charles Leston demeuraient ensemble dans une petite ville d’Angleterre. Ils passaient à présent inaperçu à travers les moldus. Un de ces jours particulièrement chaud. Katryn se mit à avoir d’étranges maux à l’estomac. Elle comprit alors que malgré ses trente cinq années d’existence, il était encore possible de procréé. Huit mois passèrent dans le désordre. Katryn ne voulait pas de cet enfant mais Charles y tenait.
« La ligné Katryn, la ligné ! »
« De toute manière ils sont tous morts, nous sommes les derniers à quoi bon ? »
« Endure ton mal bon sang, de toute manière il est trop tard. »
« Si je ne t’aimerais pas aussi fort je te tuerais sur le champs ! »

Malheureusement pour Katryn, elle eu cet enfant tout de même. Cet enfant, aux yeux de terre et aux cheveux peu nombreux vus le jour par un jour de février. La petite frimousse frileuse ne pleura même pas à sa sorti, Katryn avait espérance qu’il soit mort… Non, il était bien vivant, vivant et même très réveillé. Lorsqu’on lui mit son enfant dans les bras, elle le jeta dans ceux de son époux. Charles attrapa de justesse l’enfant.
« Je te laisse choisir son prénom, mais il devra porter mon nom de famille aussi. »
« Je croyais que tu cela t’étais égal ? »
« Oui, mais donne-lui mon nom de famille quand même. »
« Très bien… alors il se nommera Manuel Vanderrbsuh Leston. Je sens que cet enfant ne nous appréciera pas lorsqu’il apprendra à écrire… »

Le petit bonhomme grandit donc dans un environnement plutôt froid. Des parents amoureux, une présence non désiré. On le laissa dans l’ignorance de ses origines jusqu’à ce qu’il atteigne ses dix ans. Entre temps, même à l’âge de six ans, il se donnait déjà à cœur joie de courtiser les filles de son âge. Même les plus jeunes passait sous son gourou. Souvent, il répétait aux filles ce qu’il entendait dire de son père. Son père étant un très grand Don Juan, il avait le meilleur des enseignants. Ainsi donc, de six à dix ans, les filles passèrent chacune leur tour dans la grande maison des Leston. Ses parents ne prirent même plus la peine d’apprendre leur nom.

À dix ans, donc, il apprit qu’il était de descendance magique. Sur le moment, il prit le tout pour une blague. Il faut dire que la façon dont la chose lui avait été présenté était plutôt irréaliste.

« Manuel, tu es un sorcier. »
« Un quoi ! ? »
« Un sorcier. »
« Bah voyons papa ! Les sorciers ont été tous abattus »
« Va dire ça à ta mère si tu en as le courage. »
« … »
« D’ailleurs nous t’avons inscrit à Durmstrang »
« C’est quoi ça, une école militaire ? »
« Non, une école de sorcellerie seulement pour les hommes. »
« QUOI ! Seulement pour les hommes ? C’est une blague ! Tu veux vraiment que je tourne vers l’homosexualité ? »
« Allons Manuel calme toi c’est pour ton bien. Là bas tu apprendras à bien maîtriser tes pouvoirs et tu cesseras de tourmenter le cœur des dames. »
« Tourmenter le cœur des dames ? Ce n’est pas de ma faute si elle ne me résiste pas ! »

Ce n’était pas dans ces habitudes, mais Charles prit son fils dans ses bras et le serra fort. Il lui chuchotta à l’oreille.
« C’est ta mère qui a décidé, c’est pour ton bien. »
« Dit plutôt que c’est pour m’éloigner… »
« Ne fais pas l’enfant Manuel »
« JE suis un enfant… »
« Allez va faire tes bagages. »
« Mes bagages ? Déjà ? »
« Tu parts demain. »
« Demain ? ! »

Voyant que son père n’avait pas envie d’argumenter sur son départ, il s’inclina et alla faire ses bagages. Il ne savait même pas combien de temps il passerait là bas. Charles se coucha ce soir là, bien décidé à ne pas aller à cette école. Il ne savait pas trop où il irait, mais il ne resterait certes pas là. Il se leva laissant ses bagages sous son lit et partie avec son sac d’école. La fuite ne fut pas difficile puisque ses parents dormaient durement. Il sorti donc par la porte d’entré pour se diriger vers le parc de son école. Couchés sur le banc, il passa la nuit à s’inquiéter de son sort. Et si quelqu’un s’arrêtait et le kidnappait ? Et si c’était vrai… qu’il était un sorcier, allait-on le tuer ? Complètement affolé, Manuel ne ferma pas l’œil de la nuit. Au petit matin, il reconnu la voit de sa mère hurlant dans les parages. Il réussi à trouver une porte déverrouillée à son école et se cacha à l’intérieur. Courant à toutes jambes dans les corridors étroits de l’école, il tourna toutes les poignées jusqu’à ce qu’il tombe sur une classe où la porte était ouverte. Il entra alors en trompe et se projeta dans un casier au fond de la classe. Il avait l’impression d’être suivi même s’il savait que personne ne l’avait vu.
« Manuel arrête de faire l’idiot, on t’a vu entrer dans l’école ! »

La voix perçante de sa mère le fit frissonner. A chaque fois qu’elle lui avait crier après, la scène avait mal terminé. Il préférait affronter les colères de son père plutôt que celles de sa mère. Il ne savait pourquoi mais sa mère avait toujours été plus effrayante. Son regard devenait si sombre que même le plus fou des fous ne l’aurait défié, elle était diabolique. Manuel avait passé plus d’une fois des heures dans le sous-sol voir des jours sans mangé. Il avait tôt fait d’apprendre que la vie, ça ce paie et que l'on ne commet pas deux fois la même erreur. Étrangement, jamais son père ne s’était interposé à ces traitements inhabituels.

Manuel entendit quelques paroles étranges puis une lumière l’aveugla, la porte avait été ouverte et sa mère se tenait devant lui le regard plus ténébreux qu'à l'habitude. Elle empoigna le gamin par la gorge et le traîna de force jusqu'à leur logis.

« Aïe maman ! Tu me fais mal ! »
« Cesse de pleurer petit ingrat, je t’offre la meilleur des écoles disponibles pour toi et tu te contente de foutre le camps. Tu vas y aller même si je dois t’y envoyer de force. »

Katryn avec le temps s’était corrompu. Les seuls à toujours lui pardonner ses fautes, étaient ses parents et même si elle l’aimait de tout son cœur, Charles l’avait empêcher de les rejoindre ce fameux soir. À chaque fois qu’elle regardait son fils, elle revoyait le regard compréhensif de sa mère qui la laissait faire ses bêtises. Elle ne pouvait s’empêcher de la haïr de ne pas l’avoir gardé dans le droit chemin. Si elle l’avait fait, Katryn serait morte avec les siens et ne serais pas coincée avec un fils sous les bras. Enfin, tout ça était du passé. Maintenant, Manuel quitterait le logis pour s’installer à Durmstrang, du moins, pour l’année scolaire.

Arrivé à la maison, Katryn enferma son fils dans sa chambre et verrouilla sa porte. Le petit garçon en furris garda son calme. Son sang bouillait comme jamais. Il détestait sa mère plus que quiconque et se promis que jamais une femme ne le soumettrait ainsi. Il n’avait peut-être que dix ans mais sa conscience était beaucoup plus grande que bien d'autres enfants de son âge. Dans ses cours comme dans la cour de récréation, c’était lui que l’on écoutait et il souhaitait que cela demeure ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Manuel V.Leston ~ La sensualité est un art... [Fini] [SERPENTARD]   Ven 26 Sep - 3:58

₪‡₪ Chapitre 3 ₪‡₪


De tout ce que Manuel avait pu imaginer, Durmstrang n’en était rien. Loin de l’école militaire qu’il s’était forgé tout en n’en étant trop près. Sans filles, l’ambiance n’avait rien de celle de l’école dans laquelle Manuel avait passé son enfance et avec tant de gars, les enseignants ce devaient d’être plus sévère. Manuel pour sa part séchait les cours ou encore il s’amusait à déranger l’ordre de la classe.

Il ne prit pas grand temps avant qu’il n’est des menaces d’expulsions pour lesquels sa mère lui en voulu encore plus. Manuel évitait de passer les vacances chez lui mais l’été était malheureusement obligatoire. Durant son séjour là bas, il prit de l’assurance. Il ne prit pas grand temps avant que toute les filles moldus de son quartier ne passe leur année à attendre le retour du grand Manuel. Si elles avaient su ce qui est arrivé au cours d’une année… Un lourd fardeau dont Manuel refuse de parler. Condamné à l’oubli volontaire mais pourtant…

Le temps était fraie et Manuel vagabondait comme à l’habitude à l’extérieur de l’école. Il aimait bien faire des duels avec ses copains. Puis c’est alors qu’il le vit. L’ange de ses cauchemars. Sans savoir pourquoi, il fut poussé par un sentiment étrange… Une attirance inattendue. Son regard s’était arrêté pour la première fois sur un homme… Les douces nuits d’aventures secrètes qu’il passa avec lui furent nombreuses et bien entendu dans l’ombre. Il ne voulait surtout pas que sa virilité d’homme à femme ne soit atteinte. Qui se serait douté qu’il n’avait jamais ressentis au part avant quelque chose d’aussi fort? À son grand bonheur autant qu’à son grand désarroi, l’homme en question quitta l’école. Il ne savait pas dans quel école il pouvait bien allé mais une chose était certaine, Manuel ne la fréquenterait pas.

Ce garçon au nom doux resta gravé dans la mémoire du pauvre Manuel qui eu peine à s’en remettre. Le dédain qu’il éprouva envers lui-même dépassait la haine qu’il avait pour sa mère.


-Si je n’avais pas fréquenté cette école de sale homo aussi!
-Qu’as-tu dis Manu?
-Ah rien…

Un verre en main, en compagnie de son meilleur ami, il maudissait le jour où sa mère l’avait envoyé à cette école d’homme. Non seulement il était devenu ce qu’il avait toujours méprisé, mais en plus il allait perdre un ami cher car lui aussi allait quitter les murs de Durmstrang.

Plusieurs années passèrent sans beaucoup d’intérêt avant que Manuel n’apprenne l’existence de Poudlard. Il supplia sa mère à genoux pour pouvoir y aller. Il n’avait aucune idée de ce qui l’attendait mais il y avait des femmes c’était tout ce qui comptait.


-Aller maman! S’il te plait! Je t’en supplie! Sort moi de cette école d’homo!
-As-tu un problème avec les homosexuels Manuel...?
-Oui j’ai peur de devenir comme eux!
-Ce n’est pas une maladie crétin! Mais… bon pour tes dernières années… c’est d’accord.
-AH! Merci ma petite maman chérie!

Avec le temps, et son absence régulière, Manuel c’était beaucoup rapproché de sa mère qui était devenue moins amère. Elle lui laissait plus de liberté et lui reprochait moins ses erreurs. Peut-être qu’au fond il lui manquait vraiment…

Le gamin était devenu homme, un regard bleu noyade, des cheveux bruns en bataille, aucune fille ne lui résisterait. Enfin c’est ce qu’il pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Heather C.Lewis
Dame des Carreaux
avatar

Nombre de messages : 396
Age : 24
Âge : 23 ans
Côté Coeur : L'Amour? Pour quoi faire?
Date d'inscription : 21/08/2008

Feuille de personnage
Age: 23 years old
Which camp ?: Good
Credits: myself.
MessageSujet: Re: Manuel V.Leston ~ La sensualité est un art... [Fini] [SERPENTARD]   Ven 26 Sep - 21:02

Voyons voir

Code => OK
Fiche => OK (Je reconnais Edward xD)
Règlement => OK

Bon même si tu nous as rejoins de cela un bout de temps, je te souhaites tout de même la bienvenue =D

SERPENTARD

_________________
    If everyone cared and nobody cried
    If everyone loved and nobody lied
    If everyone shared and swallowed their pride
    We'd see the day when nobody died
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manuel V.Leston ~ La sensualité est un art... [Fini] [SERPENTARD]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Manuel V.Leston ~ La sensualité est un art... [Fini] [SERPENTARD]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ATTENTION A LA RATIFICATION DE BOB MANUEL !!!!!!!!
» ROBERT MANUEL : NOUVELLES REVELATIONS
» NOUVEL VANT BEF ! BOB MANUEL EN EXIL DEPI MERCREDI !
» Manuel d'instructions du D4005
» Le petit manuel du voleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trees Will Cry. :: Hors-Jeu :: Présentations Refusées-
Sauter vers: